Fraises & Rutabagas

> Dossiers thematique > Petite histoire alternative du visual-kei

Petite histoire alternative du visual-kei

Par aza, le

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler de visual-kei. Mais plutôt que de parler des groupes connus, je vais vous présenter ceux qui sont en marge, ceux dont on parle moins, mais qui sont à mes yeux bien plus intéressants.

Le visual-kei est un genre musical japonais qui fut populaire dans les années 90. Il est parfois difficile de l’identifier tellement il peut vêtir des formes diverses. Cependant, le point commun entre tous les groupes de visual-kei est d’être attentionné aussi bien à leur musique qu’à leur image. Souvent vêtus de façon excentrique, ils font majoritairement du rock.
Dans cet océan de sons et de formes, les fans s’arrêtent souvent aux groupes mythiques comme X Japan, Luna Sea, the GazettE ou Dir en grey. Ce sont des groupes influencés par le hard rock et le métal. Leur univers visuel est souvent glauque, noir et torturé.

Mais le visual-kei, ce n’est pas que cheveux crêpés, cuir et grosses guitares. Dans le visual-kei (ou visu pour les fans), il n’y a pas de limites, pas de barrières. Certains groupes ont su utiliser cette liberté pour imposer un style original qui fait du bien aux oreilles. Et ça, les fans du genre l’oublient souvent. Voilà pourquoi j’ai eu envie de faire une petite revue de quatre groupes qui vous feront peut-être aimer le visu.

CASCADE ou comment porter le mini short

CASCADE est un groupe formé en 1993 par Tama (chant), Makko (Basse – aujourd’hui parti), Masashi (Guitare) et Hiroshi (Batterie). Leur musique, influencée aussi bien par le rock que par la dance, est un condensé de bonne humeur et de n’importe quoi. Ils n’hésitent pas à chanter des textes composés par trois mots en anglais (kill me stop) ou à se trémousser en mini short lors de live. Certains diront que c’est bâclé, moi je dirais que c’est léger et rafraichissant.
Bien qu’ayant eu une longue période de pause au début des années 2000, le groupe compte plus d’une dizaine d’albums à leur actif. C’est dans les années 90 qu’ils ont sorti leurs meilleurs opus, mais leur sorties plus récentes ne manquent pas pour autant d’originalités et de piquants.

Mon album préféré : Viva Nice Best 1 & 2
Presque similaire : baroque, FU JI KO

Guruguru Eigakan, fleur de cerisier et kimono

Guruguru Eigakan (グルグル映畫館) est un groupe formé en 1995 par le chanteur Amano Tonbimaru (天野鳶丸). Pour résumer leur musique, il vous suffit d’imaginer les sex pistols faire de l’enka et c’est bon! Aussi bien visuellement que musicalement, le groupe puise dans la culture japonaise. Ils sont tous en uniforme d’écolier et leurs visages peints en blanc n’est pas sans rappeler le théâtre kabuki. Leur univers est très influencé par des artistes tel que Shūji Terayama (cinéaste, poète) ou encore Maruo (dessinateur).
Fin 2012, le groupe a dû se séparer. Le chanteur et leader du groupe étant malade, il ne pouvait plus continuer ses activités. Mais cela ne nous empêche pas de continuer à écouter leurs albums avec plaisir.


Mon album préféré : Wadachi
Presque similaire : Shinjuku Gewalt, Taiheiyou Belt, Inugami Circus-Dan

Metronome, une disquette dans le cerveau

Metronome s’est formé en 1998, actuellement le groupe est composé de Sharaku (chant), Fukusuke (Guitare), Riu (Basse) et Shintarou (Batterie). Pour faire simple, je qualifierais leur musique de cyber punk. Ils créent des mélodies punk auquelles ils viennent greffer des sons électroniques. Toujours vêtus de combinaisons noires et jaunes, ils jouent à fond la carte futuriste. D’ailleurs à leurs débuts, ils clamaient haut et fort venir de 2005, venir du futur…
Actuellement en pause, les membres continuent tous à faire le même genre de musique au sein de formations différentes ( ADAPTER., GalapagosS et FLOPPY).


Mon album préféré : Cycle Recycle
Presque similaire : la carte mère de ton PC

cali≠gari, Last but not least

cali≠gari s’est formé en 1995, il est actuellement composé de Shuuji Ishii (chant), Ao Sakurai (Guitare), Kenjirou Murai (Basse) et Makoto Takei (Batterie). Leur musique est difficile à qualifier en quelques termes simples. Ils n’hésitent pas à mettre les pieds dans la pop, le punk, le rock, voir même parfois dans l’electro et le jazz. Ils sont sans cesse dans l’expérimentation, dans la nouveauté et surprennent à chacun de leurs albums. Ils flirtent parfois avec la provoque, notamment lorsqu’ils parlent de sexe, d’homosexualité (ils invitent souvent un travesti dans leur live et dans leurs clips) ou en plaçant dans un de leur mini-album un préservatif (Blue Film). Malgré tout cela, ils ne sont pas dénués d’humour, ainsi ils ont a leur actif un side project grotesque imitant le visual-kei classique (La’ royque de Zavy) et comptent dans leur discographique quelques hilarités (dont un album totalement réinterprété par le batteur).
Toujours en activité, le groupe fait régulièrement des concerts et sort encore des albums. Ils ont récemment quitté la major Victor pour signer à nouveau chez un label indépendant.

Mon album préféré : Dai 7 Jikkenshitsu
Presque similaire : Merry, LAB. THE BASEMENT, Videoglamour

Pour aller plus loin

Je me suis limitée dans ma sélection de groupe. Je me suis arrêtée aux groupes les plus anciens, les plus emblématiques et les plus connus. Car très franchement, j’aurais bien étendu encore un peu plus ma sélection. J’en oublie beaucoup, notamment munimuni, Minus Jin-Say Orchestra, umbrella ou SEX-ANDROID. Ces groupes sont plus jeunes et n’ont peut-être pas encore tous atteint la maturité de leurs aînés. Mais ils font vivre ce genre musical si particulier qu’est le visual-kei. Il est dommage que je ne connaisse pas de site parlant de ces groupes un peu en marge. Mais si vous voulez en savoir plus je vous conseille de consulter les pages des artistes similaires sur last.fm (similaire à cali≠gari, similaire à Metronome). Ces pages vous permettrons d’avoir une liste assez importante de groupes à écouter. Et pour rester au fait de l’actualité, je vous suggère le site visual vice.

Dans le milieu des fans, il se dit souvent que le visu est mort. Mais derrière les icônes poussiéreuses du visual-kei se cachent des groupes à l’univers particulier qui savent faire vivre ce style musical unique. Et je finirais par, « le visual-kei est mort, vive le visual-kei ».

Artistes liés: , , ,

2 Responses to “Petite histoire alternative du visual-kei”

  1. Gemmei dit :

    Très bon article, j’ai même découvert un ou deux groupe ! Merci !! Comme tu dis, le Visual kei est mort, Vive le Visual Kei !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *